Palace, lac et dernier mois en Thaïlande.

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=mBeVKGAwcIw?hl=en"><img src="https://i2.wp.com/www.rocktheworld.fr/wp-content/plugins/images/play-tub.png?w=678&#038;ssl=1" alt="Play" style="border:0px;" data-recalc-dims="1" /></a>

 

Et oui, déjà plus qu’un mois et c’est le retour au froid hivernal, à la famille inquiète, aux potes d’antan, au pinard/pastis salutaire, au pâté de campagne et à ma ville que j’aime tant malgré tout. Ça fait maintenant 8 mois que je suis en Thaïlande. 8 mois qui sont passés beaucoup trop vite. Ce billet à pour but de te donner des news parce qu’en effet, si tu te bases sur la fréquence des posts publiées sur ce blog tu aurais assurément toutes les raisons de croire que je suis mort de la malaria, d’une intoxication de brochettes ou encore d’un plat trop épicé qui aurait eu raison de ma flore intestinale (Rappelons que la malaria est véhiculé par le moustique: première cause de mortalité chez l’homme loin devant l’homme lui même!).

Et pendant ce temps la, en Australie, on abat des requins pour la sécurité du peuple xD xD xD !
Et pendant ce temps la, en Australie, on abat des requins pour la sécurité du peuple xD xD xD !

 

Mais rassure toi donc mon ami. Ton serviteur, solide comme un roc, se porte comme un loir et profite comme il se doit de ses derniers jours au beau milieu d’un paradis (en suggérant que les moussons y soient fréquentes ).

Des news donc.

Comme je te l’ai dit ici et aussi bien que google m’as dit que tu étais un lecteur assidu, tu sais donc maintenant que je ne travaille que deux jours par semaines dans l’ONG qui m’aura permis de voir et de vivre des expériences insoupçonnées des lors même la signature de mon contrat. 3 jours de travail en moins par semaine et qui dit moins de travail, dit forcément moins prioritaire que l’hypothétique future volontaire qui viendra t’expulser de ton fief et ainsi contraindre ta chambre à un nettoyage des 4 saisons sur lequel ton serviteur auras passé bien trop de temps. C’est donc belle et bien fini pour moi la chambre gratuite au dessus de la cuisine avec frigo plein de bouffe, terminé les petits plats à base de légumes et de fruits. Je vais reprendre mon régime alimentaire tel que je l’avais suspendu en France: Gras, bourratif et calorique. J’ai depuis un mois rendu, et ce, avec une petite pointe d’amertume mais également avec une excitation grandissante quant aux perspectives de nouvelles aventures qui n’ont jamais étaient aussi proches du présent, les clés de ma chambre de bonne pour les échanger contre celle d’un palace.

Oui, contre un putain de palace mon pote !

Pour t’expliquer vite fait, Upin, qui bosse avec moi, a sa mère (originaire d’Allemagne) qui est partie 3 mois au pays des choucroutes et des bavaroises dont les protubérances mammaires sont toutes autant ,ou presque, aussi alléchantes et abondantes que les pintes de blondes qui les accompagnent. J’ai donc tout naturellement accepté le privilège qui m’a été proposé, d’aménager dans la demeure pour la maigre somme de 50€ par mois (Normalement, ici, le prix d’une chambre sans cuisine au 4ème étage sans ascenseur avec vue sur le mur d’en face et passage d’avion à une centaine de mètres au dessus de ta tête qu’on en entends même les meubles trembler.For real). Mon chez-moi donc, composé de diverses chambres, de terrasses, d’un grand jardin, d’une technicienne de surface qui vient deux fois par semaine et de deux vieux chats noirs représente en sois le lieu idéal pour s’adonner à l’apprentissage de la cuisine locale ou encore à d’intenses parties de Jenga (prononce Djengha), de Wanted, de 36 et autres jeux qui font que les bouteilles se retrouvent aussi vides que les trous de mémoire le lendemain. Quelques Bémols quand même (parce que rien n’est jamais parfait…), mes autres colocataires: De divers insectes dont notamment une horde de puces, partagent ma vie quotidienne. Y’en a partout, vraiment, tu marches 20 secondes dans la pièce du bas (que j’ai boycotté) et tu te retrouves avec une troupe de point noir qui partent à l’assaut du sommet de ton crâne. Gare à toi si elles arrivent à s’infiltrer sous ton short…

En plus des puces y’a les chiens qui se battent plusieurs fois par jour et parfois même dans mon jardin. Mais tout est bien qui finit bien puisque ces derniers semble confondre « love hotel » et « terrasse de ma maison » et trouvent moyen de réconciliation en s’adonnant à de bruyants ébats sexuels à quelques mètres de moi (pour parfois rester coincé ce qui rajoute quand même une pointe d’humour, ne le nions pas). Je crois que la race canine a vraiment décidé de me faire chier durant mon séjour.

Mon palace
Donc, Mon palace
Mon salon
Mon salon
Ma cuisine
Ma cuisine
Jenga avec Pi tou! Mon super pote de comptoire!
Ma terrasse et partie de jenga avec Pi tou en pleine action.
Avec Pi Ann, la femme du boss.
Et sa femme, très agréable, dont le rôle majoritaire dans le couple et de mettre de la flotte dans le verre de son homme.
Mes deux chats, spicy et pepper. L'un borgne avec tumeur, l'autre enrhumé et vomissant. Ça sent le pin.
Mes deux chats, spicy et pepper. L’un borgne avec tumeur, l’autre enrhumé et vomissant. Ça sent le sapin.
Un des chiens qui squatte chez moi, ce dernier porte encore les séquelles de son dernier combat.
Un des chiens qui squatte chez moi, ce dernier porte encore les séquelles de son dernier combat.
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier
Promenade dans le quartier

Quoiqu’il advienne, je suis rarement à la maison et profite de mon repos dans divers endroits tous aussi chouettes les uns que les autres.

Le lac, Mae Ngat

Yep, un petit endroit de paradis proche de mon chez moi (une petite quarantaine de minutes). Le lac est immense et quand tu arrives au seul parking par l’unique route qui l’y conduit, on te propose de suite les services d’un matelot qui t’emmènera en bateau dans des maisons, ou plutôt des chambres flottantes, à une quinzaine de minutes. Sur place, beaucoup de gens, dont certains qui nous accompagneront dans nos beuveries nocturnes. La montagne se dresse devant nous, il fait bon, l’eau est agréable et rien ne donne envie de partir le lendemain. La dernière session à eu lieu il y a quelques jours seulement, nous avons eu une autre Guest house et cette fois, pas de voisins mais un grand ciel bleu accompagné d’un couché de soleil qui précédera nos quelques parties de divers jeux de société en bordure de lac. Les soirées sont douces, on mange et bois comme 4. Mes camarades vont se coucher petit à petit me laissant seul avec la dernière survivante, une nouvelle volontaire (celle qui m’as délocalisé par ailleurs). Ne sachant trop que faire, nous avons décidé d’emprunter un canoë et d’aller voir les voisins sur les autres rives afin de continuer un peu notre nuit d’ivresse (parce qu’il est bien connu que même quand tu as déjà 10g d’alcool dans le sang ce n’est jamais assez pas vrai?). Arrivé sur chacune de ces rives à, pour la plupart d’entre elle, constitué un moment magique. Oui, magique de part la tronche que nos hôtes tirent lorsqu’ils nous voient débarquer, sorti de nulle part en canoë, une casserole en plastique et une gamelle en guise de rame. Magique aussi, de par l’accueil chaleureux qui fait que nous passons encore de très bons moments avec des Thaïs dont l’hospitalité n’est plus à démontrer.

Mae taeng, Mae ngat Mae taeng, Mae ngat Mae taeng, Mae ngat

 

Huay Taeng Thao
Huay Taeng Thao un autre lac
Arai na?!
Un temple dans la forêt

Coût total de ce petit paradis: 20€ par personne tout compris (bateau A/R, hébergement, picole et bouffe en abondance).

Big up à toi!

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.