Songkran à Chiang Mai 2014 – 3 jours sous le signe de l’eau

Wesh ma licorne biscornue!

Alors que tu prépares à te goinfrer de chocolats et autres œufs aux couleurs psychédéliques dont la finalité (et tu le sais) sera le déclenchement d’une virulente crise de foie suivi d’amers regrets. Nous ici, à Chiang Mai, on se prépare à vivre trois jours de Songkran, car oui, comme je te l’ai dit ici, en Thaïlande nous passons en 2558, l’an 0 symbolisant le moment ou Siddhârta Gautama, autrement dit Bouddha, a atteint le nirvana tout en restant sous un arbre à compter les cailloux.

En Thaïlande, la coutume durant ces trois jours fériés de Songkran, c’est de balancer de la flotte sur tout ce qui est sec (ou même mouillé en fait).  Que tu ailles travailler ou que tu ailles te chercher des brochettes, tous déplacements du quotidien se solderont par un rafraîchissement certes assez violent mais redoutablement efficace! Non en effet, rien à faire, tu n’y échapperas pas et c’est à toi de prendre tes précautions les plus essentiels, comme par exemple, mettre dans une poche en plastique tes clopes et ton tamagoshi.

De la flotte encore et encore
A grand coup de seaux

 

C’est donc parti pour 3 jours de Songkran. Je prends donc ma moto pour rejoindre le sud de la ville ou se produit un ((très)petit) festival punk. Comme tu le vois sur la carte, le centre de Chiang Mai se compose d’un carré et je suis dans le nord, proche de la rocade locale (Super Highway ici). Première leçon: Ne pas prendre de scooter en jour de Songkran car les voitures sont toutes quasiment à l’arrêt à cause de la masse de gens qui évoluent en freestyle sur la route. Ces dernières d’ailleurs sont la plupart du temps des pick-up avec réservoirs d’eau et familles/potes à l’arrière qui se chargent de la bonne hydratation de la populace.  Je suis donc bloquer et qui dit bloquer, dit proie facile. Je suis totalement trempé en moins d’une minute.

Fine équipe de Songkran
Fine équipe de Songkran

 

Sur les bords de routes, on vend des pistolets à eau, non, que dis-je, des mitraillettes à eau… haha, non pardon, des Hyper-Guns de la mort qui tue que même ton karcher il t’enlève pas les points noirs du visage aussi efficacement. On trouve aussi des seaux, de quoi manger (des stands de grillades qui doivent être rallumés toutes les 5 minutes à cause de l’eau), de quoi boire (les bières se vendent par trois au minimum, paradis), des chapeaux (mystère). Et tout ce qui peut être utile pour passer un bon moment. On peut recharger son seau ou son flingue n’importe ou et on paye 1 baht pour de la glace car oui, a un moment donnée, l’eau est chaude du coup c’est pas marrant. Alors on met des glaçons dans les bacs (mais pas que, dans les seaux aussi, alors parfois, c’est une pluie de grosse grêle qui s’abat sur toi!).

Même en prenant un bière, mouillé tu seras
Même en prenant un bière, mouillé tu seras

 

Songkran, très réputé à Chiang Mai, est très bon enfant. Tout le monde s’éclate, interagit, rit, danse, bref fait la fête. Les douves qui entourent la ville sont prises d’assaut et des gens nagent à l’intérieur. Des fois, juste comme ça, un mec s’approche de toi en te souhaitant un très cordial « happy Songkran » tout en te versant un seau sur la tête. Il faut savoir que dans les temples pour Songkran, en plus de recevoir la bénédiction des moines, on se met de l’eau sur la tête ou encore, on arrose le Bouddha.

Les temples d’ailleurs, ne sont pas ouverts le soir contrairement à Makha Bucha. Seulement un seul l’est, au centre de la ville, ou se confondent touristes et religieux. c’est ici que les bénédictions ont lieu. Le rite est simple. On se met à genoux en face du moine qui récite un mantra en t’envoyant de la flotte (encore). Ensuite tu t’avances, tu tends ton bras et il te met un bracelet blanc, symbole de bonheur et de chance et tout le reste en te souhaitant une bonne année. On trouve aussi dans les temples, pour Songkran, des chants et danses traditionnels mais aussi des stands de bouffe et des shows un peu plus populaires. Le côté religieux n’est donc pas aussi important que lors de Macka Bucha

Célébration et musique traditionnel
Célébrations et musique traditionnel

 

Pour conclure, Songkran à Chiang Mai est un super moment à passer seul ou entre amis (seul, tu ne le resteras pas longtemps quoi qu’il arrive). Ceci dit, il faut savoir aussi que pleins de gens prennent la poudre d’escampette afin de se retrouver au calme ou en famille. Certains sont lassés de cette fête et ne veulent plus jouer ( Il est vrai que la flotte glacée le soir est un bon moyen de chopper un rhume, maladie assez rare ici! )

Sincères humides poutous.

> Galerie photo : Songkran à Chiang Mai – Thaïlande <

 

 

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.