Carnet de voyage. Doi Suthep, Chiang Mai ou le temple perché dans la montagne.

Salut ma petite biscotte enchantée.

Après une rude semaine de boulot riche en nouveautés, en visites de lieux insolites, en morveux pleins de morves et de sourires ainsi qu’en piments à base de bouffe. Je vais enfin pouvoir profiter de mon week-end et commencer à visiter un peu plus que le quartier dans lequel se trouve mon lieu de travail / chambre.

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=aQFp67VoiDA?hl=en"><img src="https://i2.wp.com/www.rocktheworld.fr/wp-content/plugins/images/play-tub.png?w=678&#038;ssl=1" alt="Play" style="border:0px;" data-recalc-dims="1" /></a>

Doi Suthep c’est « the place to be » si tu veux voir un super temple à Chiang Mai. L’accès est un peu pénible car il se trouve en altitude mais il offre une vue imprenable sur cette magnifique ville (et son halo de pollution) qu’est Chiang Mai.

Petit résumé d’un week-end autour de Doi Suthep.

Nous partons Kate, Fanny et moi en direction d’un quartier Shan en plein cœur de Chiang Mai rejoindre des amis à Kate (Shan est une ethnie minoritaire de Birmanie et c’est de là que viens Kate). Nous suivons Kate en scooter qui nous fait prendre des chemins dignes d’un labyrinthe force 3. Arrivé sur place, les présentations sont faites, on arrive dans un bouiboui qui fait office de restaurant. Quand je dis restaurant, c’est plutôt une sorte de pièce vide aux murs blancs, dénués de décorations, avec des tables et éventuellement une télé qui balance un match de Mué Thaï. On se pète le bide. Suite à cela, une nouvelle personne arrive, une Néozélandaise, je crois, qui voulait acheter une tenu Shan. Du coup c’est parti, les filles s’éclatent à essayer des tenus pendant que je me lamente de mon état du à la veille qui été assez arrosée. Nous partons ensuite avec Kate à ce fameux temple

Destination Doi Suthep et ses environs.

Le temple se trouve à l’Ouest de Chiang Mai. Sur la route, Kate m’indique une cascade, nous nous y arrêtons. Trop cool, mon premier contact avec la nature Thaï. Ça me fait un bien fou de grimper cette rivière. On se pose une petite demi-heure, on fait quelques photos avant de repartir. Sur la route, des taudis vendent des snacks.Cascades

On repart direction le temple de Doi Suthep. On arrive à l’entrée qui se situe encore plus haut. L’accès se fait par escaliers uniquement et Kate me demande de faire une petite pose au milieu des marches. Une fois en haut, se dresse en face de moi des murs, une grosse porte ainsi que des chaussures éparpillées à l’entrée. Interdiction formelle de rentrer chaussé dans un temple malheureux ! On se déchausse puis on rentre à l’intérieur du sanctuaire ou je me familiarise avec ses nombreuses pratiques zen.

Avant de rentrer dans un temple
Avant de rentrer dans un temple

Kate me tend une fleur, on dirait du jasmin. On s’approche du Chedi (place centrale du temple symbolisant bouddha et commémorant sa mort). On en fait lentement le tour, la fleur glissée entre chacune de nos mains, elles même en communion. Je tente de me mettre dans cet état de sérénité semblant être inscrit sur la plupart des visages ici et dépose la fleur sur les grilles du Chedi, imposant et magnifique de sa parure dorée.

Chedi
Chedi de Doi Suthep

Tout autour du Cheidi, il y à des renfoncements renfermant des temples, des lieux de bénédictions ou autres Bouddhisterie. Nous rentrons dans l’un des premiers ou un moine récite un mantra à genoux, nous offrant sa bénédiction canalisée par quelques gouttes d’eau sacrée puis, ensuite, par un bracelet blanc qu’il attachera aux hommes et qu’il posera sur le bras des femmes car les moines n’ont pas le droit de toucher la gente féminine.

Nous sortons et nous continuons notre visite du temple et nous passons en face d’un autre renfoncement où l’on peut y voir des gens à genoux, secouant ce qui semble être une sorte de boite ouverte contenant des bâtons. Le principe est simple, prendre la boite dans ses mains, fermer les yeux, la secouer jusqu’au moment où l’un des bâtons soit propulsé. Sur ce dernier y est gravé un nombre qui, au travers de feuilles disposées sur notre gauche, nous révèle ce qu’il en sera de notre parcours et de l’attitude à prendre afin d’en accomplir sa réussite.

Bonne aventure.
Bonne aventure.

Suite à cela nous rentrons afin de préparer notre journée du lendemain, pareil, direction Doi Suthep mais cette fois, en mode pèlerinage puisque nous y allons à travers la forêt par la seule force de nos cuisses.

Départ le dimanche à 9h00 après de longues négociations avec Fanny qui n’aime pas se lever tôt le week-end. Nous prenons les motos et suivons Kate à nouveau qui nous conduit à l’entrée de la forêt au pied de la montagne. Altitude 360 mètres sur ma montre du futur. Nous commençons la marche. Sur le sentier, de nombreux réceptacles ronds en terre cuite. On me suppose qu’il s’agit de supports pour des bougies. Les arbres qui peuplent cette forêt sont assez souvent entourés de draps couleur moine car c’est un lieu sacré qui accueille nos pas. La monté est assez cool au départ et, au bout d’une demi-heure de marche, nous arrivons, comme sorti de nulle-part, à une cascade entourée de temples en tous genre. C’est assez fou en fait car à part 3 ou 4 personnes qui méditent, l’endroit est totalement vide malgré sa grandeur.

L’intérieur d'un de nombreux temples entourant la cascade
L’intérieur d’un de nombreux temples entourant la cascade de Doi Suthep

On reprend la route. Je me fais bouffer par les moustiques.  Ça commence à monter sévère et la végétation devient de plus en plus dense. On croise un touriste japonnais qui, comme tout bons touristes japonnais, dégaine son appareil façon Lucky Luke, afin de nous prendre en photo pour des raisons toujours obscures (plutôt flippant).

Des étales proposent la vente de crickets et autres insectes
Bon appétit

Nous arrivons enfin à l’entrée du temple. Nous nous asseyons histoire de nous désaltérer. Au passage on a acheter le truc qui fait qu’une fois que t’as mangé ça, plus rien ne te fait peur. De bons gros crickets bien croquant marinés dans je ne sais pas quoi et pour une fois, je suis presque content car, peut être, pour la première fois, le truc n’a pas l’air pimenté.

Nous redescendrons en red car récupérer nos motos.

> Galerie photo : Chiang Mai – Pelerinage à Doi Suthep <

 

 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.