Cyclo-tourisme dans les Pyrénées, 4 jours de grimpette à vélo.

« Wesh Tom!, on va à La Mongie vendredi ça te dit? »

C’est suite à ces mots la que j’ai décidé de rejoindre mes amis qui partent rider les derniers jours de neige. Le temps pour moi de faire quelques courses et me voila parti le lendemain, chevauchant « Jag », ma fidèle monture qui n’attend que de manger du kilomètre.

Première journée: Marie-Blanque et Lourdes


RTW – EP02 – Pyrénées au printemps (1/4) par Thom_As_10
On commence sec par le col de Marie-Blanque, côté Vallée d’Aspe, très beau, autant de son versant ouest ruisselant de rivières à travers champs puis forêts que son versant est et ses nombreux pâturages et villages atypiques. La monté ne se fait pas sans effort. Le poids du vélo est décidément un paramètre important. Des cyclistes, des vrais, avec du lycra et des lunettes jaunes, me dépassent et l’un d’entre eux ose même un « bon courage! ». Les trois derniers kilomètres sont les pires. Je fais de nombreuses poses « eau et barre de céréales » avant de rejoindre le sommet et ses 1035 mètres d’altitude. Ouf, ça, c’est fait, c’est l’heure de la bouffe, il est temps de reprendre des forces avec un mets délicat: des pattes à la sauce tomate. Je reste une petite heure à contempler le paysage et les nombreux cyclistes qui se prennent fièrement en photo devant le panneau annonçant le point culminant du col pendant que je mange des bananes. Je repars en descente, récompense inévitable d’une rude monté, une véritable bouffée d’air frais qui vous remet sur pattes. Je me sens revivre. Je traverse la vallée d’Ossau, enchaînant les villages pour ensuite traverser la sainte ville de Lourdes. Je planterai ma tente à Loucrup, caché derrière une ancienne bâtisse dont il ne reste que les murs, sur un sol ou j’aurais soigneusement enlevé toutes les châtaignes qui risqueraient de percer ma tente et mon matelas.

A début du col de Marie Blanque

Route du col de Marie Blanque

Sur le col de Marie Blanque

Au col de Marie-Blanque

Tente du côté de Loucrup

Seconde journée: Fromage et vélo à La Mongie


RTW – EP03 – Pyrénées au printemps (2/4) par Thom_As_10

C’est la pluie matinale qui me réveillera autour de 5h, il va y avoir de la neige au sommet. Je démonte ma tente autour de 8h et accroche cette dernière à l’arrière de mon vélo afin de la faire sécher.  Petit déjeuner « eau, muesli, banane ».  Le temps est assez couvert, je me dis que les potes vont avoir un temps de merde la haut. Je rejoins Bagnere-de-Bigorre ou je me ravitaillerai d’un peu de fromage du pays mais aussi d’un peu de vin, contribution au futur apéro bien mérité de ce soir. Je prends mon temps a Bagnere, j’aime beaucoup cette ambiance de marché ou se mélangent produits de la montagne et odeurs de plats mijotés. Les gens semblent de bonne humeure et ca me met la banane (et je me dit que c’est peut-être la libération d’endorphine qui me rend stone). J’entame la montée en direction de La Mongie. Ça grimpe ici aussi, ça grimpe bien même, le brouillard s’installe et certaines voitures qui passent jettent un « Aller t’y est presque! » ou font des signes du pouce sur le dernier kilomètre, ça, c’est l’effet sacoches. J’arrive, bordel, c’était pas de la tarte la non plus. Synchro parfaite avec les amis qui sortent d’une superbe journée de glisse parce-que le soleil, que je n’aurais pas vu, est à quelques mètres plus haut, derrière le brouillard. Je redescendrais 6km plus bas, la ou leur caravane est posé, à Artigues. On se couchera vers 1h. Avant de grimper vers La Mongie   Vélo à La Mongie 

Vidéos des deux premiers jours:

-> Les deux jours suivants ici! <- 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.