Les bars a monrovia, l’alcool, tout ca – Liberia

Bon, Qu’on se le dise, il y a plusieurs bars a Monrovia mais voila, t’as le choix entre 10 bars tous quasi-similaires et 2 boites de nuits pathétiques (Oui je fais dans le lapsus). Grosso modo, un aspect de mon rythme, c’est aller dans un bar le jeudi car il y a karaoké et c’est marrant d’écouter les autres chanter, non, beugler au rythme de musique country ou de vieux trucs horribles que même lorsque tu les retrouves sous une tonne de poussière dans ton grenier ça ne stimule pas même un zygomatique. Bref, on va la bas, on picole de la bière pression, ce qui est plutôt rare ici, et puis, on se sent pousser des ailes, alors avec mon compère amerlock, on braye du Eminem devant une foule en délire qui applaudit a la fin, non pas pour la prestation mais pour le courage qu’il faut avoir pour se ridiculiser de la sorte.

 

Comme on a des collègues cool, ces derniers nous amènent dans des endroits plus authentiques. Par authentique, comprend que la viande blanche est plutôt rare en ces lieux. On descend de la voiture, il y a plein de bars au milieu d un chemin de terre. On pénètre dans le bar « Love trade center » et on va vers le fond ou une table nous attends. Le concept ici, c’est tu poses ton séant sur une chaise et tu regardes tes amis boire parce que les enceintes crachent de la musique nigérienne qui ressemble finalement plus a un réacteur d’avion tentant de décoller de Jupiter tant les haut parleurs saturent. Sam, qui ne roule pas sur l’or, amène sur la table 3 bières par personnes (on est 5). C’est l’hospitalité du coin ça. Etant donner que mon corps distille la bière en pisse de manière assez preste, il est temps pour moi d’aller visiter les toilettes. Weslay, qui boit avec nous, m’accompagne pour des raisons de sécurité… non mais quand même, le chiotte est a 10 mètres de nous! Le chiotte est utilisé et mon tour vient,  je m aperçois que personne prend la peine d’attendre car « si le chiotte est pris, Bahhh jpisse a cote voyons! » (Je précise que le chiotte est dehors, oui, quand même). Je retourne a la table. Notre chauffeur déshabille du regard toutes les filles qui passent devant nous, peu importe la taille du poisson, cette homme a faim. Notre hôte en commande un justement (de poisson). Je suis bourré et il est… wow… 17h?! Okay, pas de problèmes, tout va bien mais faut quand même que je paye une tournée avant. Allez, cul sec et on se bouge. Sam nous fais visiter d’autres bars tous autant bondés les uns que les autres, les ambiances sont a peu près similaires . On se pose dans un énième bar, Sam est au téléphone dehors et Matt est ivre aussi. La serveuse arrive avec un décolleté faisant penser à deux pastèques dans un coquetier. Que voulez vous boire? Deux bières ma ptite dame! Plus de bière? Bah oui, Matt a raison, Whisky! Le truc est immonde, c’est une fiole d’une dizaine de centilitres avec comme égérie scotchée sous le goulot une demoiselle fort dénudée. Juste imprimé au dessus, le nom de cet alcool: « Try me », ça ne s’invente pas.

Décollage. Allez zou, on se casse, le problème de mon coloc, c’est qu’il a la même maladie que moi. lorsqu’il commence, il ne s’arrête qu’au petit matin…

21h direction Saje, tu sais je t’en ai parlé ici.  Tout est normal, des prostitués nous abordes, on se barre rapidement.

23h direction Scarlett. C’est une boite de nuit ou tout le gratin de Monrovia se retrouve. Majorité Libanaise et Libérienne, on approche de l’entrée, ça coûte 20$. Nop! Demi tour. Matt bien décidé à rentrer négocie deux entrées à 20$. Cool gratos pour moi (Matt a un vrai salaire, lui).

Alors Scarlett, comment dire, c’est un peu le paradis du type qui aurait le cul entre deux sièges: celui d’une 106 Tunainge et celui d’une BMW jante alu. A l’intérieur de la boite,  Sièges en cuir, ambiance fumé, lumière rouge sur les murs mais pas que, non non, sur les murs t as aussi des écrans plats avec des femmes a moitié a poils qui posent pour des photos (ou alors on a droit a la collection victoria secret été/printemps). Bref, ça pu le fric et le beauf. J’était motivé toutes la soirée mais la j’y arrive plus quoi. On picole encore, Matt négocie son plan cul, mois j ai envie de me casser. Je me dirige vers lui pour le lui signaler tout en omettant un détail important: la table basse.

Donc la table basse,  vient épouser avec perfection le dessous de mon genou tout avant de me propulser au milieu de cette dernière me faisant renverser les breuvages des multiples inconnus. A ce moment la par exemple, tu rigoles en t’excusant et tu payes une tournée à tous le monde (à 12$ le mojito, y’aura pas qu’aux genoux que t’auras mal) moi j’étais plutôt dans le délire de vouloir prendre une pelle et me cacher sous terre.

bob l eponge

Bref, l occasion parfaite de partir. La sécurité me regarde d’un œil biézeux, comme si j allais finir placardé sur le mur des gens interdit,  une prime en sus pour celui qui me trouve dans le bar .Dead or Alive. De mon œil vitreux je lui fait comprendre que « Menfouzveupluyrvenirdanstonbarpourris! ».

Bon, ok, je suis quand même mauvaise langue.

Y’a deux bars plutôt chouettes. Le premier, c’est Rasta beach. Pourquoi ce nom? Parce qu’il y a beaucoup de rastas et que tous le monde fume de l’herbe sur place. C’est clairement une plage avec sable fin et cocotier (bananaze). Ça balance du reggae, ça fait petit bar caché ou tes compagnons de boisson sont des gens de la rue pour la plupart. Du rasta qui aimerais vivre de sa musique au Malien qui vend du bœuf grillé dans sa charrette. Le plupart vivent la, sur la plage. C’est roots, c’est zen, c est humain.

Rasta beach. copyright Matt Von Boecklin.
Rasta beach. 
Rasta beach. copyright Matt Von Boecklin.
Rasta beach. 
Rasta beach. Copyright Matt Von Boecklin.
Rasta beach. 

Apres, ya un autre bar cool:  le 146, theHIPCO place. ‘Hip’ de ‘hip hop’ et’ co’ de ‘coloquial’, le dialecte local. Le gérant n’est autre que Takun-J, le rappeur number 1 du pays qui a souvent des ennuis avec les autorités a cause de ses morceaux dénonciateurs d’un gouvernement inactif et manipulateur.

 

 

Des poutous!

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.